27 nov. 2006

J’irai vomir sur vos cendres



Une petite contribution extérieure, exception qui confirme les règles
et du coup la ménopause, une interlude mais pas forcément plus agréable que mes écrits : une plume trempée dans l'eau de javel, tout le monde en prend pour son grade, une pensée pour Paulette qui officiait à la cantine de ma primaire. C'est la Minute Soup.



«Entré dans l’rap j’pensais pouvoir y trouver la paix, un apport, la sécurité la sincérité», et non mon vieux Fabe, faut croire que tu n’avais pas tapé à la bonne porte. Mon jeune ami, tu penses avoir une plume correcte, tu connais la discographie complète de Kool Keith et tu as du mal à voir quelle pourrait être ta contribution à cette grande famille qu’est le Hip hop. Au fond de toi tu rêves secrètement de devenir journaliste. Permets moi de te donner deux trois recommandations histoire de te confirmer tout le bien que tu penses de ce beau métier.

La première des choses à avoir en tête est l’échelle sociale du hip hop, si tu l’ignores tu vas aller de déconvenues en déconvenues: aujourd’hui tu es sûrement à la plus mauvaise place, l’échelon zéro, celui du mec qui poste sur les forums : méprisé par les artistes qui voient en toi une mouche à merde, et par les journalistes qui perçoivent ton talent comme un concurrent potentiel. Car eux occupent l’échelon supérieur, l’échelon un.

A peine au dessus se trouvent ceux qui sont le plus à plaindre, ce sont les beatmakers inconnus: corvéables à souhait, on ne les appellera que quand le rappeur aura besoin d’un morceau en dernière minute, on lui expliquera aussi qu’il devrait changer ses caisses claires, que sa boucle aurait du être découpée autrement, on ne le paiera évidemment pas, et bien entendu son morceau ne sera pas sur le projet final.

Puis viennent les bonnes places : le rappeur tout d’abord, dont nous aurons l’occasion de reparler, associé au producteur. Souvent le producteur est un journaliste qui a réussi, il a tissé des réseaux d’influence en faisant des papiers de complaisance à une époque, et le milieu le lui rend bien en l’invitant à la meilleure table.

Enfin ceux qui gouvernent vraiment : les maisons de disques et les radios/chaînes de télévision: ils sont décriés par les rappeurs qui tueraient père et mère pour avoir leurs faveurs. Une fois que tu as cet organigramme bien en tête on peut s’atteler à expliquer ce qu’est un journaliste musical.

Tu as des étoiles plein la tête, tu penses que ta place te permettra d’aider le hip hop, vu que tu as échoué dans cette mission en tant que rappeur, tu crois que ta tâche sera de faire de la haute couture; oublie. Non, vois tu, ce qu’on te demande c’est de faire du sur mesure, avec des mauvais tissus pour des mannequins bedonnant. Tu voyais tes interviews comme des entretiens où l’échange est vif, où chaque réponse entraîne une question, où le propos de l’artiste est limpide. Désolé. Prépare toi à taper tes questions sur ton ordinateur, et à les envoyer par mail au rappeur, qui , entre deux clopes, répondra ce qu’il voudra, sans être perturbé par tes interventions, prenant soin de se relire pour voir sil n'a rien dit de trop compromettant. Eh oui mon ami, tu te moquais des dames de la cantine étant petit, mais maintenant c’est toi qui sers la soupe, et ce n’est pas de la bisque de homard mais du bouillon Magie. Comprends bien une chose: tu es au service de l’artiste, mais ce n’est pas pour autant qu’il t’estime. Il t’aime comme le dealer aime son client, il sait que sans les gens comme toi il n’est plus grand chose, mais il a entre les mains de quoi te faire revenir régulièrement vers lui, la fameuse «dose de crack music» évoquée par le Roi Heenock. Ne pleure pas trop sur ton sort, on t'a invité à entrer dans le casino, tous ces gens dehors t’envient. En outre, le barman t’offre de temps en temps à boire. Mais attention, tu ne fais pas partie de l’équipe, et la machine à sous qui t'est dévolue est la préférée du patron: tu vas y passer un long moment, de temps en temps une pièce tombe mais à la fin de la soirée tu y auras laissé ton salaire, sans compter que pour en arriver là, tu t'es privé de voir ta femme et tes enfants.

Autre chose: n’estime pas trop tes lecteurs. Le plus souvent ils savent à peine lire et n’écrivent qu’en sms, évite d’avoir de l’ambition pour eux, ne crois pas au mythe du papier bien écrit et à toutes ces conneries d’un autre siècle. Fut un temps où Boris Vian était chroniqueur musical, aujourd’hui on confie cette tâche à Soprano, adapte-toi, fais comme les rappeurs, utilise des mots que tu ne dis pas devant tes parents, des formules dont personne ne saisit le sens, comme «toi même tu sais», «t'as vu» ou «ce çomor tue sa race». Ce conseil est d’autant plus précieux que si tu ne le fais pas, tu passeras pour un homosexuel, et si c’est un titre de noblesse à la mairie de Paris, dans le rap game ça reste une tare.

En fait, tes problèmes ne viendront pas des rappeurs racailleux, qui très souvent sont bien plus ouverts et intelligents que leurs textes pourraient le laisser croire. Les choses se gâtent quand tu veux parler de ceux qui donnent l’impression d’être au dessus du lot. A ce sujet, j’ai une théorie que je te laisse apprécier. Ces mc’s ne sont pas foncièrement mauvais, mais, à la manière de certains joueurs de foot, ils sont victimes de leur entourage. A l’école, alors que tous ses copains n’arrivaient pas à orthographier leurs noms de famille, le rappeur a décroché son brevet des collèges, devenant «l’intello» de la bande. Depuis il se prend pour un homme de lettres (alors qu’il en est plutôt un du lavoir), il se passionne pour l’histoire des opprimés (n’essaie pas de lui dire que son idole Gandhi a fait une grève de la faim pour que les intouchables ne participent pas aux négociations, il ne te croira pas vu que personne n’en parle dans le film) et il finit par penser que chacun de ses mots a un poids considérable sur l’industrie du disque. Avec ce genre de gus, la prudence est de rigueur: la moindre interview va donner lieu à de longues discussions («non, là ce mot c’est pas exactement le mien») alors privilégie les articles, flatteurs bien entendu. Il va falloir que tu te blindes, que tu sois prêt à t’entendre dire que tu n’es pas «pro», sans sourciller, et que tu arrives à maîtriser l’envie que tu as de rétorquer «vu la voix que tu as, tu préfèrerais pas devenir beatmaker?».

N’oublie pas que les critiques ne peuvent que t’être adressées. A partir du moment où l’artiste a passé un an à préparer son album, et où tous ses potes lui ont dit qu’il était le nouveau Nas, c’est pas un petit merdeux dans ton genre qui va commencer à dire que peut être certaines choses sont à revoir. En fait, tu n’as d’intérêt que tant que tu es gentil et serviable. A ce propos il faudra que tu te choisisses un souffre douleur, un petit, un sur qui tout le monde tape, prends M. Pokora ou Doc gynéco. Après avoir tapiné pour tous les ratés qui te sollicitent tu te referas une virginité en tapant sur ce pauvre Matt dans un papier qui montrera que personne n’aura «ta liberté de penser».

Tu verras aussi que les salles de rédaction fourmillent de spécimens bizarroïdes, des producteurs qui ont gardé un pied dans le journalisme et qui s'en servent uniquement lorsqu’ils ont besoin de promouvoir une sortie à eux. Méfie toi car malgré les apparences, ils ne te considèrent pas comme un des leurs, tu n’es qu’un éventuel pion et le journal n’est pas une famille mais un lieu où ils viennent chercher des renseignements et des appuis. A la longue tu deviendras un peu comme eux, tu finiras par croire, par vanité, que ces gens qui te sourient sont tes potes, que tu te dois de leur faire profiter de ta place en parlant d'eux, tu verras les cd qu’ils t’envoient comme une dette dont tu voudras t’acquitter en écrivant quelque chose de lisse pour qu’ils soient contents. Au fond ce n’est plus ton coeur qui parle mais la pitié que tu as pour ces types qui la plupart du temps n’ont rien d’autre dans la vie que le rap. C’est grâce à lui qu’ils ont perdu leur pucelage et si tu leur retires ça, tu leur enlèves leur statut de célébrité locale, autrement dit leur seule chance d’avoir un jour des enfants. Voilà comment marchent les choses, à toi de te faire ta place. J’espère que mes conseils te seront utiles et t’éviteront de perdre trop de temps, même si je sais qu’une fois que tu auras intégré la grande famille du hip hop tu m’accuseras d’avoir craché dans la soupe. Si tu as bien lu mes conseils, tu sais que la soupe est imbuvable et qu’un glaviot passera facilement pour un oeil dans le bouillon.

Damien Ribeiro.


7 commentaires:

Niconoclaste a dit…

Intéressant point de vue... Amertume légère et regrets profonds. Un brin trop complaisant avec nos amis rappeurs ("victimes de leur entourage")

Lyte a dit…

"Si t'aimes pas, t'écoute pas et puis c'est tout" comme dirait l'ourson. L'auteur critique mais ne construit pas comme beaucoup trop de pseudo activistes dans l'hexagone. Ce texte n'apporte rien et m'a suffisamment enervée pour que j'en rédige une note, disponible a cette adresse :
http://lyte.typepad.com/accueil/2007/02/pourquoi_le_hip.html

Anonyme a dit…

ta sortit combien d'album? ta fé cogité combien dpersones? aucune. critiquer ya rien dplus simple jpasse de blog en blog sa cririk ou sa suce, alors ecoute tonton doneur de lecon: fai un album mieu ke ce que tu critik.. ne seraisse k un morceau.. et tora ldroit d'louvrir..olivier cachin je sai tres bien t ki dan smillieu..tun come tous ce ktu critik: UNE CATIN KI JAKTE SANS MEME CONNAITRE OU COMPRENDRE LES GENS A KI CETTE MUSIC S ADRESS..TA FAI KOI POUR MAINTNIR LE RAP? POUR LE GARDER REEL, POUR KLES GEN ACHET FABE PLUTO KE DIAMS OU ALIBI? TA FAI KOI POUR EDUKER LES PTIT DU GHETTO? VA FAIRE UN COMITER AVEC CUT KILLER DISIZ ET TON POTE GYNECO VOUS ETE LES MEM TROU DU CUL!!!! RESTE SUR LE NET LA TY A TA PLACE O MOIN..A+ 94 MON POTE

somno a dit…

Très cher Anonyme du 9.4,

par cette missive, je m'en vais te proposer une cure de désintoxication. Si tu acceptes, ton esprit n'en seras que plus libre et sain et tu pourras envisager la vie beaucoup plus sereinement qu'à l'heure actuelle. Ainsi, "juste pour rire", sache que le dénommé Olivier CaTin n'a absolument aucun point commun avec Olivier Cachin qui a l'air de t'avoir traumatisé par sa mythique coupe de cheveux, son pendentif ou ses chemises non moins mythiques. Par contre, si lui peut se targuer d'avoir présenté Rap Line, tu m'as l'air d'avoir animé Coke Line de ton côté. Chacun sa ligne de conduite après tout, je ne te juge pas, brave lecteur impie. L'ex-boss de L'Affiche, de Radikal et ex-pigiste de Picsou magazine, l'ex-nègre de Doc Gynéco, oui, cet homme-là, n'a jamais écrit ici... C'est son quasi-homonyme qui agite son ombre sur ce blog... Je sais, tu es déçu désormais, mais viens, tiens-moi la main et allons de chemin en chemin vers la voie de la raison en compagnie de Xanax et Paroxetine. Tu verras comme le monde peut être beau, parfois.

Amicalement et dans le souci de te retrouver un jour prochain parmi nous, humbles mécréants "hip hop",

SOMNO.

Anonyme a dit…

otan pour moi SOMNO si t pa catin...mai g t kan mem pa loin
aaaaaaah... tu mrepond et pas o otre? ... bizzare tu tsent concerné d'1coup? O fet ta réfléchi? ta fé koi dan l'rap? toujour rien...allé gamin vien j'temmène voir le monde par la main dommag petit tu ecri bien tu coné des noms d'anxiolitik &co..mai a part sa tu ma pas repondu...pourkoi tu parle de et a d gens (fabe surtout) ki tla mette 100 foi!! bah oué,toujour pareil : JAKTE SANS MEME CONNAITRE OU COMPRENDRE LES GENS A KI CETTE MUSIC S ADRESS et surtout appartien..TA FAI KOI POUR MAINTNIR LE RAP? POUR LE GARDER REEL, POUR KLES GEN ACHET FABE 2BAL D ABUZ EXPRESS DI ET TOU LES PTIT BOYCOTT AUJOURDUI KTA MEME PA IDEE VU KTI CONNé KE DALLE, PLUTO KE DIAMS OU ALIBI, SINIK,BOOBA? Tu FAI KOI POUR EDUKER LES PTIT DU GHETTO?
alors toujour rien? repond pa a coté si tu repond.. alor jte laisse une ou deux ligne, mai pa dcoke... chez moi on vend on laisse les shlag de ton millieu
sprendr pour scarface en boite aprés 2 g s'en chargé...bon verre de vin et livre de balzac...
mécréant du hiphop!! hahaha BOLOSSS t un maran jte laisse sa!!...94 GHETTO YOUGHT

Anonyme a dit…

http://profile.myspace.com/index.cfm?fuseaction=user.viewprofile&friendid=109981928
...du rap francais pour les mécréants! et mem pas de paris..(on est pas rasciste quand meme?)

Anonyme a dit…

j'essaie juste de reformer la cliqua, enfin, d'y participer plutot, et de faire en sorte que le frigo d'aarafat soit plein. Si j'y arrive ça me donnera le sourire. Mais à vrai dire mon métier c'est pas de sauver le hip hop mais de mettre à manger sur la table pour mes gosses. Désolé si à cause de moi alibi et sinik vendent, je me rendais pas compte de la portée de mes actes.
Damien ribeiro aka olivier catin
66,Perpignan, Ghetto elderly.