24 nov. 2007

Les règles, c’est pour les femmes...




Il faut le confesser tout de suite, je n’avais pas vu venir le mouvement. Tout commence par une de ces conversations éprouvantes avec un type adoptant un ton racailleux qui sonne terriblement faux, un fils de riche honteux, extraits :

- Wé, on avait passé trois jours à faire notre fresque, et vous, vous venez faire vos trucs en deux heures par dessus, ça se fait pas (je vous épargne les tac tac t’as vu ma gueule).
Mon interlocuteur était dans un grand jour, ce qui suit est vrai, un homme a vraiment dit ça :
- C’est comme pour Reso, le mec il se bouge le cul, il fait 300 kilomètres pour faire une pièce ici, et vous le repassez.
En deux phrases on venait de faire basculer le graffiti du monde de l’art à celui de l’artisanat. Le graffeur est payé à l’heure faut croire, et les déplacements eux aussi sont facturés, bientôt on aura droit à des tickets resto, jusqu’ici tout va bien.
Est-ce que ce type face à moi avait décidé de m’achever, avions-nous été si méchants avec lui pour qu’il ne s’arrête pas là et qu’il ajoute :
- Dans le graffiti y a des règles quand même.

Bien entendu, on savait que ces gens là existaient, mais jusqu’alors, ils avançaient masqués, ils avaient honte de penser ça. C’est fini, l’époque est à la « décomplexion », après la droite décomplexée, le graffiti bisounours décomplexé.
On peut penser à un épiphénomène, il n’en est rien. Je savais que la lecture des forums « graffiti » n’allait pas me réconforter, je suis quand même allé voir, j’aurais pas dû.
Pour résumer :
1) tu ne repasseras point une pièce si celle-ci a nécessité plus de temps que celui que tu y consacreras
2) tu ne repasseras point la pièce d’autrui si celui-ci a engagé des frais d’autoroute pour la réaliser (applicable en cas de frais de trains ou d’avion, mais pas pour les déplacements à vélo)
3) tu ne toyeras point
4) tu ne repasseras point une couleur avec un chrome ( application jurisprudentielle de la loi 1)
5) tu ne te battras point
6) tu ne dépouilleras point

Loin de moi l’idée de faire l’apologie du toy ou de la dépouille, mais tout de même. On sait, dès qu’on accepte de faire du graffiti qu’on s’expose à certains risques, rappelons, cela me semble important, qu’il s’agit d’une activité illicite se déroulant dans la rue. On peut très bien peindre pendant des années sans jamais avoir ce genre de problèmes, ou sans se livrer à ces activités. Qu’on soit bien d’accord, la dépouille n’est pas une composante du graffiti (contrairement au tag par exemple), mais c’est une des possibilités d’une telle activité (comme la prison, les balances etc). Sortir le graffiti du contexte nécessairement violent dans lequel il baigne, c’est l’amputer de son principal intérêt. Si on limite le graffiti au fait d’aller peindre, on est bien dans une discipline artisanale, c’est de la décoration, on devient collègue de travail de Valérie Damidot…

On peut en rire, si tu viens faire du graffiti mais que tu n’es pas disposé à te faire vider les poches, repasser ou toyer, t’aurais mieux fait de t’orienter vers la peinture sur soie, ou le football; tout le monde n’est pas obligé d’être graffeur. C’est l’autre aspect du problème, tout le monde veut en être, tout le monde veut aller choquer les bourgeois, en faisant du rap, en allant taguer, mais dans la courtoisie et la bonne entente.

Il existe un Code civil, un Code du travail, un Code de la route etc etc, ces cons rêvent d’un Code du graffiti. Ce serait tellement plus rassurant. On irait faire une belle pièce, en couleurs, et on aurait l’assurance que personne ne pourrait la repasser à moins de vouloir en faire une encore plus belle et plus colorée. On ne supporte plus la mocheté, la rature. Et même quand on prétend s’y livrer, on veut la codifier pour la rendre acceptable, pour la rendre conforme aux critères de beauté, pour la rendre lisse et docile. Ces types sont des dompteurs de graffiti!

Les clips de rap ne tolèrent plus que les putes à la plastique parfaite, les grosses voitures, les belles maisons. Son frère ennemi, le graffiti, lui emboîte le pas et à son tour ne veut plus que du beau. Des belles lettres d’Orphé, tracées dans l’illégalité(quand même, on a des principes), mais ne supportant pas d’être recouvertes par le manteau chromé du vilain Trane. Des jolies expos avec des jolis gens, mais n’admettant plus d’être troublées par les méchants graffeurs qui viennent casser la fête. Des jolies bombes montana gentiment achetées dans un beau magasin spécialisé, mais révoltées de devoir passer de force dans les mains sales de ce type qui n’aura qu’à dire « vide tes poches » pour les avoir. Cette quête du beau conduit à un mouvement aseptisé, acceptable, présentable, hiérarchisé. Que ceux qui sont en train de déployer un cordon sanitaire autour du graffiti pour en faire cette sympathique activité de décoration gardent à l’esprit que quand leur entreprise aura réussi ils auront vidé cet art qu’ils prétendent tant aimer de tout ce qui en fait l’intérêt. Mais ils pourront enfin arpenter les rues sans risques, en ayant l’impression d’être super transgressifs. Vaste blague.

« Dans le graffiti y a des règles », voilà ce que l’autre con m’avait dit. Les règles, c’est pas pour le graffiti, les règles c’est pour les femmes.

olivier caTin

8 commentaires:

Flask a dit…

Merciiiiiiiiiiii hihihihi
Kikou c'est ton coupain Flaskounnet. Grace a toi j'ai trouvé mon excuse à ma médiocrité et manque de courage. Je garde le lien tres précieusement dans mes favoris et comme ça, si quelqu'un veut m'enfoncer (oui, au cas où je sortirais pas seul...) je lui enverrai cette page via mon MSN.

Bisou et Merci beaucoup.

Real Mother Fucker HipHop Crew

Boogie Boy a dit…

Alors si j'ai bien compris le fond de ta pensée le graffiti est et doit rester un mouvement marginal, et les petits bourgeois qui "veulent en être" ne font que l'asceptiser en voulant le moraliser..

Le respect, la morale, l'éthique : là est bien le fond du problème pour qui tente d'expliquer sa démarche : pour certains peindre est un viol libérateur, pour d'autres c'est de l'activisme..

Les lettres d'Orphé et les montanas ne se posent pas de question, elles sont là c'est tout et il faut faire avec.
Chacun sa vision, chacun sa morale, et tout le monde tente de défendre sa position.

L'art n'admet peut-être pas de règles, mais l'artiste lui s'en impose. C'est comme ça qu'Orphé et Trane ont réussi à conquérir un certain public.
C'est grâce à ces règles que le graffiti peut parfois devenir de l'art.

Sur le fond je suis assez d'accord avec ton texte mais tu as oublié une chose : dans la vie il y a ceux qui s'agittent et ceux qui agissent..

Bravo en tout cas pour cette courageuse tentative d'explication.

Garde ça frais..

dam a dit…

tout lu. ( et c'est tjrs chouette merci les monsieurs qui m'apprennent des choses a chaque fois que je passe par ici, pourtant le graff et moi ca fait 6 )

serb a dit…

Et je me rattrape (tout de même.) en remerciant des crews comme NTM de m'avoir suivi jusqu'a aujourd'hui par leur flow et leur lyrics...

Anonyme a dit…

je connaissais olivier catin comme une vrai star du graffiti mais je ne savais pas qu'il peignait..

olivier catin aka damien . perpignan. a dit…

Hein? J'ai pas compris le dernier com' là, les autres non plus j'avoue. Une star du graffiti? Elle est bonne!

Anonyme a dit…

a mon avis ya pas de regle mais une ethique:tu repasse pas un mec qu'a plus de talent que toi'mais faut etre un vrai artiste pour comprendre ça . En plus t'es degouté quand on toy ce que tu viens de poser alors evite de le faire aux autres.

kool dans la place a dit…

2) tu ne repasseras point la pièce d’autrui si celui-ci a engagé des frais d’autoroute pour la réaliser (applicable en cas de frais de trains ou d’avion, mais pas pour les déplacements à vélo)


ha ha ha ha ha ha
cool ton blog !!

++